Pauline CAPPOEN, nouvelle coordinatrice culturelle

#L’interview

En 2014, Pauline Cappoen, jeune diplômée qui nous vient du nord, effectue un Service Civique aux côtés de Steve Belliard, alors coordinateur culturel du Centre François Rabelais. Pendant 9 mois, elle va occuper le poste d’assistante projets culturels et responsable de l’accueil artistes. Aujourd’hui, elle revient, 8 ans plus tard, pour prendre la barre de la programmation culturelle.

Peux-tu nous parler un peu de ton parcours ?

J’ai une licence en Arts Plastiques et un Master en Culture, création artistique et développement du territoire.
J’ai fait 5 ans de Beaux Arts, en Belgique, de ma première à ma troisième année de licence, j’ai donc toujours été attirée par le culturel. Pour la petite anecdote, au départ je voulais être professeure d’arts plastiques, mais je me suis rendu compte que les postes, en sortie d’études, étaient limités.

Après plusieurs mois de réflexion et un stage de licence à Maubeuge au Festival VIA, j’ai découvert la médiation. J’y ai retrouvé l’idée de transmettre la culture au travail qui me plaisait dans l’idée d’être professeure. Je me suis donc orientée vers un master en médiation. Lors de ces deux années d’études, j’ai eu l’occasion de découvrir de nouvelles matières telles que la logistique, la programmation, la communication… Tout ce qui touche finalement à l’organisation d’un spectacle ! C’est donc à la fin de ma seconde année que j’ai compris ce que je voulais faire. Je ne voulais plus faire de médiation… mais de la programmation !

Le Service Civique que j’ai effectué au Rabelais a été ma première véritable expérience dans le monde du spectacle, et cela m’a définitivement confortée dans l’idée de devenir programmatrice culturelle.

Pourquoi le rabelais ?

Le Service Civique m’avait vraiment beaucoup plu, alors quand le poste s’est libéré, cela m’a paru être une évidence ! Lorsque je compare avec mes autres expériences, je réalise que certaines choses me manquaient… L’aspect associatif, l’engagement des bénévoles et des équipes, et la volonté de proposer de la culture accessible à tous. Toutes ces choses ont réellement joué sur ma motivation à revenir. En outre, j’aime être appuyée, travailler en équipe et avoir un régisseur avec soi permet d’être plus sereine sur l’aspect technique !

Qu’as-tu pensé de ta première fête de la musique ?

C’était une bonne entrée en matière étant donné que c’était le premier événement que j’ai dû gérer.
J’ai été vraiment impressionnée par l’investissement qu’il y a eu autour de cette soirée, aussi bien les équipes techniques que tous les bénévoles. C’était la première fois que je travaillais avec quatre techniciens et autant de bénévoles aussi autonomes.

C’est comment de récupérer le poste après steve ?

C’est un peu la pression ! J’ai travaillé avec lui, donc la première chose à laquelle j’ai pensé était « je n’ai vraiment pas envie de décevoir ». Cela faisait plus de 20 ans qu’il était en poste et je sais qu’il était très apprécié des bénévoles. J’espère pouvoir en faire tout autant et réussir à garder cette cohésion qu’il avait instaurée.
Mon défi aujourd’hui est de poursuivre le travail qu’il a effectué, tout en apportant progressivement ma vision des choses.

Que la saison commence !


Le vendredi 30 septembre 2022 marquera l’ouverture de la saison culturelle, programmée par Pauline Cappoen. Pour l’occasion, le duo folklore de « Tascabilisimo » ouvrira le bal dès 20h.
À quoi devons-nous nous attendre pour cette saison culturelle ?
Une saison construite à quatre mains, qui promet de belles soirées. « Musique du monde, spectacles jeunes public, mentalisme, conférence, diaporamas, documentaires… Il y en aura pour toutes les envies ! Le teaser de la saison sera diffusé en avant-première le vendredi 30 septembre, de quoi donner aux spectateurs un avant-goût de la programmation à venir ! » nous explique Pauline.

Vous pouvez feuilleter notre saison culturelle 2022-2023 dès maintenant, ou la télécharger (juste ici) !