L’angoisse de séparation chez les tout-petits

bebe-separation

Aux alentours de 8 mois (un peu plus, un peu moins !) et jusque vers 3 ans, votre enfant peut se sentir en insécurité lorsqu’il doit se séparer de vous. Cette angoisse de séparation est normale, passagère et présente chez tous les enfants, mais à des degrés plus ou moins forts selon le caractère de chacun ! Alix Dufetel, puéricultrice et référente Santé Accueil et Inclusion pour nos multi-accueils, nous en parle.

Qu’est-ce que l’angoisse de séparation ?

Lorsque votre enfant ne vous voit plus, il ne sait pas quand vous allez revenir, et pour les plus jeunes ne sait même pas que vous allez revenir. La notion de temporalité n’existe pas encore, ou est en ébauche. C’est pourquoi il va avoir besoin de routines et de réassurance.

Comment se manifeste-t-elle ?

Cette angoisse est liée à la prise de conscience de votre enfant qu’il est un être à part entière, qu’il est dissociable de ses parents (de ses figures d’attachement). D’où son angoisse à la séparation et les pleurs qui l’accompagnent. Il prend peur.

Votre enfant peut aussi arrêter de sourire à des gens qu’il ne connait pas, vous semblez anxieux dans des nouveaux endroits pour lui, se mettre à avoir peur de l’eau.

angoisse-separation

Que faire ?

Vous pouvez tout à fait habituer votre enfant à des petites absences, et le confier quelques heures dès son plus jeune âge. Ces moments peuvent être bénéfiques pour vous si vous en ressentez le besoin  (repos, repas au calme avec le papa, coiffeur…) et habituer votre enfant à être avec d’autres personnes de confiance. 

Par contre, quelque soit son âge, il est important d’officialiser votre départ et non vous éclipser en douce. Dans un contexte qu’il connait, rassurez votre enfant en lui précisant que vous allez revenir, que telle personne va s’occuper de lui, faîtes lui un bisou, un signe de la main et… partez, malgré les pleurs qui peuvent vous donner envie de rester.

Si vous commencez des allers-retours, en hésitant, votre enfant aura en plus du mal à comprendre ce qui se passe. Gardez votre calme et maintenez votre cap (celui de partir). Écoutez votre enfant, accueillez ses pleurs ou ses émotions sans les banaliser, mais en faisant un relai avec la personne qui va s’occuper de lui. Et restez positif ! Vous pouvez lui donner un objectif agréable (cette après midi après la sieste, je viendrai te chercher et nous irons jouer au ballon dans le jardin).

La plupart du temps les enfants arrêtent de pleurer quelques minutes après votre départ !

Le doudou de votre enfant est un allié pour l’aider à gérer cette séparation. Laissez-lui à disposition, cela va permettre à votre enfant de pallier au mieux à sa frustration du moment : être en manque de vous.

Des jeux comme « coucou-caché », « cache-doudou » … permettent à votre enfant d’intégrer la notion de persistance des objets et visages qu’il ne voit pas, et ce, sans réelle inquiétude en amont.

Les actions répétées au fil des jours, les rituels mis en place au fil de vos retrouvailles et séparations vont permettre à votre enfant de s’habituer et vivre ces moments sereinement.

À retenir

  • L’angoisse de séparation fait partie du développement de l’enfant et apparait vers 8 mois, mais se manifeste plus ou moins fort.
  • Durant cette période, votre enfant craint d’une part d’être abandonné, et que vous disparaissiez pour toujours d’autre part. 
  • Vous pouvez l’aider en lui apportant un maximum de réassurance, d’affection et en l’habituant en douceur à rencontrer de nouvelles personnes et de nouvelles situations.

Si vous avez des questions, besoin de renseignements, n’hésitez pas à en parler avec les équipes du multi-accueil !

Un article signé Alix DufételParentalité accompagnée

Puéricultrice diplômée d’état, coach certifiée en accompagnement en parentalité positive et relationnelle

Contact : parentaliteaccompagnee@gmail.com – 06 14 22 79 38

D’autres articles sur la petite enfance :