BoNome Têtard, artiste sans artifice

Vivien Godefroy, alias BoNome têtard, se produira au Centre Rabelais jeudi 9 décembre à 19h dans le cadre des Jeudis de Panurge. Rencontre avec l’artiste Changéen, engagé dans un projet collectif autour de ses textes.

Peux-tu nous parler de ton parcours musical ?

Plus jeune, j’ai choisi la voie du théâtre, avec une formation au conservatoire. Pourtant, j’ai toujours eu un grand amour pour la musique : j’écoutais du métal, de la pop ou de la chanson française, je jouais de la guitare en autodidacte. Je mettais en chanson les monologues de théâtre que j’écrivais… Un jour, on m’a proposé d’intégrer un groupe de musique grunge en tant que bassiste, pour le tournage d’un court métrage. On a fait quelques scènes, le groupe a plu et on a continué à le faire vivre. Norwa était né. Il y a 8 ans, j’ai eu envie de créer mon propre univers chanson française : celui de BoNome têtard.

Comment décrirais-tu ton style ?

J’écris des textes sur le quotidien, les relations humaines, la vie des gens. J’aime m’attarder sur les instants ambigus, sur l’universalité des situations. Le “bonhomme têtard”, c’est le premier dessin que font tous les enfants. Tout le monde peut s’y retrouver ! Mes chansons sont authentiques, elles sont une hymne à la fragilité, aux instants présents.

À quoi peut-on s’attendre jeudi ?

À quelque chose d’humain et d’imparfait ! Nous serons une dizaine de musiciens en tout. Il s’agit d’un concert de présentation d’un projet collectif qui est né en 2020. Durant les périodes de confinement, j’ai eu envie de revisiter mes morceaux avec des artistes venus de différents horizons : jazz, punk, rock… On s’est tous retrouvés en résidence pour créer la rencontre. Cette dynamique de groupe, vous pourrez la découvrir lors de ce concert et sur mon prochain album.

Retrouvez l’univers de l’artiste sur sa chaîne YouTube

Je réserve mes places