Optimiser la communication avec les jeunes enfants

La journée est rythmée : habillage, bain, repas, courses, les aînés à accompagner dans les devoirs, s’attacher dans la voiture… Votre enfant n’est pas toujours en accord avec ce rythme. Il ne veut pas mettre ses chaussures, il continue à toucher aux boutons, après avoir mis 10 minutes à accepter d’aller prendre son bain, il ne veut plus en sortir….

La liste est longue et non exhaustive, vous aurez plus d’exemples que je ne pourrai en écrire ! Alors, comment optimiser la communication avec les jeunes enfants pour une meilleure coopération ?

Le cerveau de votre enfant

Le cerveau de l’enfant est malléable et en perpétuelle évolution. Il atteindra sa maturité à… 20 ans ! Durant toute cette période, votre enfant va apprendre à devenir autonome, à gérer ses émotions, à anticiper, à inhiber.

Son cerveau a tout ce qu’il faut pour cela, mais ces capacités ne fonctionnent pas encore. Elles fonctionneront au fil des expériences, des répétitions et de l’âge. Donc en attendant, il va vous falloir être patient et utiliser une communication qui va entraîner la coopération de votre enfant.

Des clefs pour mieux s’exprimer

Voici quelques clefs :

  • Si vous voulez que votre enfant coopère lors d’un moment précis, ne lui posez pas de question : vous prendriez le risque qu’il vous réponde non…

« Est-ce que tu peux sortir du bain s’il te plait ? »  « Non je joue »….

Formulez plutôt  une directive :  «  Le moment du bain est fini, il faut sortir. Je dois maintenant te sécher ».

  • Parlez à votre enfant sur le mode affirmatif. Une demande négative nécessite une double compréhension et ne donne pas de solution à l’enfant.

« Ne mets pas tes pieds sur la table ! » L’enfant entend la négation, puis l’action « mettre » mais il faut la négativiser … bref, ce n’est pas clair rapidement. De plus il ne sait pas forcément où mettre ses pieds et son choix risque de ne pas convenir ! Expliquez ce que vous voulez voir : « pose tes pieds par terre s’il te plait. »

  • Limitez vos demandes à deux actions dans la même phrase. En dessous de 5 ans l’enfant va saturer rapidement et du coup ne plus écouter.

« Poses ton doudou, mets tes chaussures et ton manteau, va dans l’entrée et attends-moi devant la porte »… 

Il y a trop de consignes en une phrase pour un jeune enfant. Il faut séquencer les demandes et les énoncer au rythme de l’enfant.  Ça prend plus de temps, mais l’enfant sera plus attentif et donc efficace.

4 points incontournables

Enfin pour que l’enfant coopère, 4 points sont nécessaires :

  • Vous devez être « connecté » à votre enfant lorsque vous lui parlez : il vous voit, il vous entend
  • Il doit comprendre ce que vous voulez
  • Il doit être capable de faire ce que vous lui demandez, donc lui faire une demande adaptée à son âge et son environnement
  • Il peut avoir le choix, ce qui permet un sentiment de prise de décision.

Votre enfant grandit et apprend tous les jours, c’est en l’accompagnant et en le soutenant dans ses apprentissages qu’il gagnera en autonomie et en estime de soi !

Un article signé Alix DufételParentalité accompagnée

Puéricultrice diplômée d’état, coach certifiée en accompagnement en parentalité positive et relationnelle

Contact : parentaliteaccompagnee@gmail.com – 06 14 22 79 38